KT à la Maison – Séance 8

Viens et suis-moi

 

Aux pages 44 et 45 de ton livre, tu découvres le texte de Marc, 10, 17-22

Comme de coutume, tu le lis deux fois.

Maintenant voici les explications :

La démarche de cet homme juif auprès de Jésus est émouvante ; il est rempli du désir d’être un bon croyant ; alors il vient rencontrer Jésus : il est pressé de le rencontrer : il se met à genoux et avec simplicité, il lui confie sa recherche : “Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ?

Aujourd’hui encore, il y a autour de nous des personnes hantées par cette question de l’infini, qui voudraient faire un bel emploi de leur vie, donner à Dieu tout leur amour, et qui s’approchent encore du Christ pour dire : « Que faut-il que je fasse ? »

L’expression « en héritage » prend toute sa densité en fonction de l’Ancien Testament. En effet, « l’héritage », c’est la Terre Promise, ce sont les biens qu’apportera le Messie ; c’est en fait ce Royaume

de Dieu que Jésus est venu inaugurer.

 

v. 18 : « Jésus lui dit : “Pourquoi m’appelles-tu bon ? Personne n’est bon, sinon Dieu seul ».

Réponse tranchante de Jésus ! Son souci est de ne pas attirer l’attention sur sa divinité. Il oriente vers

Dieu la pensée de son interlocuteur : Lui seul peut enseigner à faire quelque chose de « bon »

Jésus n’a pas l’intention de rebuter cet homme généreux : la suite du texte (v.21) montre qu’il le regarde avec sympathie et même avec amour.

Mais avant de répondre, il tient à renvoyer vers son Père les hommages qu’on lui adresse : « Tu connais les commandements. Ne commets pas de meurtre, ne commets pas d’adultère, ne commets pas de vol, ne porte pas de faux témoignage, ne fais de tort à personne, honore ton père et ta mère ».

Jésus reprend des éléments de la loi qui touchent aux rapports de l’homme avec son prochain Ex 20,12-16 Jésus reste proche des grandes obligations à la portée de tous. Il souligne en même temps qu’il ne faut pas se contenter d’avoir de grands et de beaux désirs, mais qu’il faut les enraciner dans l’observation des commandements : « L’homme répondit : “Maître, j’ai observé tous ces commandements depuis ma jeunesse ». Le prestige des âmes pures ! Fierté d’un pharisien fidèle à la Loi.

 

En lisant ce récit, les premiers lecteurs de Marc pouvaient comprendre qu’il ne suffit pas d’accomplir la Loi pour être un vrai disciple. La Loi, cet homme l’accomplit… et pourtant, comme nous allons le voir, il lui manque quelque chose pour être un vrai disciple !

 « Posant alors son regard sur lui, Jésus se mit à l’aimer. Il lui dit : ”Une seule chose te manque, va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel ; puis viens et suis-moi ».

Jésus fut touché par sa réponse. Son regard profond s’arrêta longuement sur cet homme qui rayonnait la fidélité et la pureté. Jésus est dans l’admiration : c’est beau une personne profondément religieuse ! Voilà un bon et fidèle serviteur de Dieu ! Le regard de Jésus posé sur lui : quelle immense impression ! Je peux aussi l’imaginer posé sur moi… sur ceux avec qui je vis… sur ceux dont j’ai la charge…

Et « Jésus l’aima » ! L’affection de Jésus s’exprime ouvertement. Jésus aime. Un Jésus affectueux ! La tendresse de Jésus ! Tout ce qu’il va dire ensuite est une preuve de cet amour.

 

Et pourtant : est-ce que Dieu est vraiment « tout » pour lui ? Son cœur est-il tout entier à son Seigneur ! Jésus, parce qu’il l’aime, lui offre « ce plus » qui conduit à la perfection : « Il te manque une chose… » : l’abandon volontaire, le don total de « tout » ! Et c’est là que tout va basculer. Nous étions dans un beau récit de rencontre, nous allons entrer dans un drame.

« Mais l’homme, à ces mots, devint sombre et s’en alla tout triste, car il avait de grands biens ».

L’homme voit d’un seul coup ce qu’il lui faudrait faire ; il vit un terrible combat intérieur ; il n’a pas la liberté voulue, ni la confiance sans limites en Dieu qui permettrait de choisir la marche à la suite de Jésus. 

Sa tristesse s’explique par la prise de conscience d’un manque (« Il te manque une chose »). Il constate

qu’il est incapable de donner sa pleine mesure d’homme libre ; il est esclave de ses richesses. Il avait pratiqué tous les commandements ; il pouvait se croire irréprochable. Il est devenu esclave des biens de ce monde, et incapable d’entrer dans la logique du Royaume inauguré par Jésus. Il était fait pour de grandes choses ; il préféra les petites. Ses grands biens l’ont emporté. Il trébuche sur un peu d’or. Le rêve se brise.

 

Réponds aux questions :

1-     Que fait Jésus au début de l'évangile ?
2-     Ces mots veulent-ils plutôt dire que Jésus est actif ou inactif ?
3-     Pourquoi d'après toi Jésus se met-il en route ?
4-     Jésus est souvent en route dans l'évangile.
Crois-tu qu'il possède beaucoup de choses ?
5-     Un homme vient vers Jésus. Quelle question essentielle lui pose-t-il ?
6-     Qu'est-ce que la vie éternelle ?
7-     D'après toi et aussi d'après l'évangile, que faut-il faire pour avoir la vie éternelle ?
8-     Est-ce que l'homme de l'évangile se sent prêt à entrer dans la vie éternelle ?
Pourquoi ?
9-     Et toi ? Es-tu prêt à prendre du temps pour connaître le Père ?
Es-tu prêt à prendre du temps pour connaître l'évangile et suivre Jésus ?
Es-tu prêt à prendre du temps pour donner aux autres ?
Que te sens-tu capable de faire ?

 

En bas de la page 45 tu découvres le texte de Matthieu 6, 19-21

Tu peux passer un peu de temps avec les vidéos proposées

 

 

Pour terminer page 46, tu as un dernier exercice assez simple et une prière.

Téléphone de la paroisse (0495383625)              -              Notre mail : paroisselucciana@gmail.com   
                                                    Mail éveil, catéchisme, aumônerie : ktborgolucciana@gmail.com